VIM

Search Our Site

Malgré l'hiver, les migrants continuent de risquer leur vie en embarquant dans des bateaux de fortunes pour traverser la Méditerranée. Dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 décembre 2017, 255 personnes ont été secourues par des navires de deux ONG : Proactiva Open Arms et SOS Méditerranée. Francis Vallat, le président de SOS Méditerranée pour la France, explique qui sont ces migrants et rappelle pourquoi il faut les sauver.

"80% des enfants que nous sauvons, à peu près, sont sans leurs parents [...] Ce sont les parents qui se sacrifient pour payer le passage et sauver leurs enfants [...] En ce qui concerne les origines, [ils viennent] de pays en guerre, de pays à dictature sanglante, de pays où Daech est présent [...] Et puis, on voit effectivement apparaître, depuis quelques temps, des personnes qui viennent d’Egypte, du Bangladesh, du Pakistan. On peut penser d’ailleurs que c’est un signe, que ce sont les premiers réfugiés climatiques. Il est évident que c’est un problème qui va durer des années. Pour être réglé, au fond, il faudra peut-être trente ans. Mais, dans l’intervalle, ça ne va pas s’arrêter, au contraire. Et la raison pour laquelle il faut les sauver, outre la non-assistance à personne en danger [...], c’est qu’il s’agit tout simplement de sauver notre âme. Nous avons passé le cap des 50 000 morts cet été, depuis le début de la crise des migrants. C’est à nos portes. Si on regarde ailleurs, c’est nous qui sommes des bêtes, et on ne pourra plus jamais invoquer les valeurs dont nous disons qu’elles sont les nôtres, qu’on les appelle européennes, chrétiennes, démocratiques ou autres."