EXHORTATIONS

Search Our Site

Par Dr Tsala Essomba

Dans le site « camerounweb.com » on peut lire deux titres très évocateurs :
- Effroyables confidences d’un officier sur les crimes rituels au Cameroun
- Esotérisme et crimes rituels à Etoudi: une journaliste lève le voile

Un dicton nous apprend que les mensonges sont les prisons avec lesquelles, l’on bâtit la forteresse qui nous maintient dans la prison de satan. En marge des recommandations de Dieu, on se rend compte à la multiplication des publications dans la presse, que les crimes rituels, les sacrifices humains et les pratiques ésotériques, ont le vent en poupe au Cameroun depuis quelques temps.

Dans le livre de Lévitique 1 à 7, la Bible nous présente les différents rites propres à chacun des sacrifices, selon la vision du Créateur, pour l’adorer ou solliciter sa miséricorde. Il y est question des sacrifices sanglants décrits comme des rites communs, des rites spécifiques et les holocaustes. Le sacrifice fait dans les normes édictées par Dieu, lorsqu’Il l’agrée, prend la forme d’une offrande au parfum agréable.

Pour notre sécurité, pour nous préserver des pièges du malin, Dieu a tout planifié, mais l’homme balloté par le doute et le manque de foi préfère se vautrer dans l’humiliation des charlatans, et des sectes sataniques. Voilà une pratique qui a été conçue, planifiée et codifiée par L’Eternel mais qui fait l’objet d’une contrefaçon sordide avec laquelle le diable manipule et a perverti la vie de beaucoup de personnes. Dans les cercles fermés des sectes pernicieuses, dans la sorcellerie et l’occultisme le principe du sacrifice a été tronqué dans l’esprit des personnes naïves, à qui un excellent bourrage de crâne a été fait pour les amener à adopter l’utilisation abusive et détournée du sacrifice, dans les rituels sataniques et la sorcellerie.

Quand on sait que le rituel est une sorte de cérémonie magique et que la sorcellerie n’est rien d’autre que de la magie noire, orientée pour déclencher les forces maléfiques par voie occulte, pourquoi de plus en plus de personnes s’adonnent-elles à ces usages ténébreux ? Comment se fait-il que l’ésotérisme et les crimes soient des pratiques de plus en plus prisées et pour quelle finalité ?

Les fanatiques de ces pratiques interdites par Dieu ignorent en fait qu’aux termes de leur ralliement, en définitive, il n’y a que la souffrance au bout. Car ce que l’ennemi en échange leur accorde d’une main par ces rituels et ces pratiques, il le reprend de l’autre en fin de compte. Mais pour accéder à des privilèges, pour obtenir une nomination, pour avoir des facilités avec les femmes ou attirer plus de prétendants masculins, pour écouler plus de marchandises pour ceux ou celles qui sont dans le commerce, beaucoup de personnes recourent à ces pratiques sataniques. C’est en tout cas ce que pense Fanny Pigeaud (ancienne correspondant de l’AFP et du journal français « Libération » au Cameroun) Interviewée par l’émission l’heure du crime sur RTL. Elle nous apprend que « ces pratiques sont devenues monnaie courante dans toute la société africaine. Politiciens, hommes d’affaires, commerçants, cadres, font de plus en plus recours aux sectes pour avoir une vie decente et profiter de privilèges indéniables. La pratique a fait l’unanimité, il suffit de faire une petite enquête pour se rendre compte. Dans la plus part des grandes villes africaines, les biens des membres des sectes sont visibles, leurs maisons de luxe poussent comme des champignons, leurs comptes bancaires sont bien garnis. Ces pratiques se sont très vite développées et se sont imposées à toutes les classes africaines. »

Dans Genèse 9, 5, il est écrit : « sachez-le aussi, je redemanderai le sang de vos âmes, je le redemanderai à tout animal; et je redemanderai l’âme de l’homme à l’homme, à l’homme qui est son frère.  Si quelqu’un verse le sang de l’homme, par l’homme son sang sera versé; car Dieu a fait l’homme à son image. »

Mais qui fait attention à cette interdiction ? Qui respecte encore cette volonté de Dieu ? Surtout dans ces cercles où tout est mis en œuvre pour verser le sang humain sans hésitation, pour parvenir coûte que vaille à leurs fins, on fait appel à des facilitateurs sans état d’âme pour se ravitailler en bébés fraîchement nés en cas de besoin, pour égorger un albinos, au prétexte qu’on leur prêtes des pouvoirs médicinaux et des aptitudes exceptionnelles dans la dimension parallèle, ou pour avoir à disposition de jeunes filles encore pucelles, c'est-à-dire « vierges ».Le bilan chaque jour s’alourdi, depuis quelque temps au Cameroun. En effet, les impératifs du calendrier politique et socio-économique qui s’annoncent, peuvent nous faire penser qu’avec l’appât du gain autour des postes pur la gestion de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations au Cameroun, et les prochaines élections présidentielles, nous ne sommes pas sortis de l’auberge.

Nous avons encore à l’esprit, les morts du drame de l’accident ferroviaire d’Eséka, et la disparition tout récemment des 34 militaires du bateau mystérieusement renversé. Qui a déjà oublié les 15 filles assassinées égorgées de Nkolbisson et les autres 15 filles retrouvées mortes à Mimboman, des banlieues de Yaoundé ? N’oublions pas l’assassinat, pour le moins tragique, de l’Evêque de Bafia dont la tombe vient d’être profanée avec un sang d’origine mystérieuse, et les nombreux accidents de la route avec autant de personnes mortes de ces dernières semaines.  Que nous réservent encore les satanistes et les sorciers au Cameroun ?

Des passages de Deutéronome 27, 25 et 26 nous enseignent qu’il est maudit « celui qui reçoit un présent pour répandre le sang de l’innocent ! ... Maudit soit celui qui n’accomplit point les paroles de cette loi, et qui ne les met point en pratique!

A bon entendeur salut !